fbpx

Mydgar nous présente son album “Vertigo”

Avec la sortie de son album “Vertigo”, le producteur Français Mydgar nous surprend avec un éclectisme musical parfaitement maîtrisé.

La genèse de Vertigo

Basé à Bordeaux, Mydgar est également connu pour être la moitié de Mozaik, un projet qu’il mène avec son frère. Si ce duo familial a signé sur de prestigieux labels comme Sapiens, Madorasindahouse ou encore Radiant, c’est en solo que nous le retrouvons aujourd’hui avec son album “Vertigo”.

J’ai commencé à composer cet album en septembre 2020, suite à un été assez compliqué sur le plan personnel mais aussi avec la crise actuelle. C’était vraiment l’été des remises questions, des interrogations sur l’avenir, sur mon métier de producteur etc. Cette idée d’album était donc pour moi une sorte de second souffle, une façon de se relancer, d’aller de l’avant et d’être focus sur un gros projet. Je pense que je l’ai composé vraiment dans cet état d’esprit, en faisant abstraction de tout ce qu’il y avait autour de moi…comme une sorte de bulle créative ! Sur le plan personnel, je suis très content du résultat final ! Le reste, ce n’est pas moi qui décide !

Mydgar

Une large palette musicale

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’avec “Vertigo”, Mydgar offre un album aussi riche que varié. Tantôt Electronica, tantôt break, les productions sont éclectiques et permettent d’apprécier une palette sonore large et généreuse. Le très classe “Late Night” est un concentré d’énergie. Dès les premières minutes, le titre est immersif à souhait avant de laisser exploser un thème ravageur d’une efficacité redoutable.

Vertigo – et mes productions de manière générale –  sont le reflet de ce que j’ai en moi, elles me permettent en quelque sorte d’ancrer dans le réel ce que j’ai en mon for intérieur. Chaque morceau de Vertigo est marqué par un univers fort, limite onirique….et chaque univers possède sa propre histoire ! C’est quelque chose de très personnel et j’aime à penser que les personnes qui vont écouter l’album se feront leur propre histoire, comme une sorte d’introspection.

Mydgar

Une collaboration marquante

Si la première partie d’album mêle avec succès des sonorités Nu Disco, Pop ou encore Synthwave, “Lost at sea”, en collaboration avec Iseult, marque une transition vers un univers plus breaké et rêveur. Marqué par des progressions mélodiques profondes, il propose surtout une expérience d’écoute immersive. Avec une rythmique saccadée et son thème qui évolue sans cesse, nous découvrons une production d’une grande richesse.

« Lost at sea » est une des deux collaborations de l’album. Je suis super content car il a été fait avec Iseult, une amie…et colocataire ! J’ai utilisé sa voix comme un instrument en harmonisant des samples de choeurs que j’avais sélectionné, ce qui a donné d’emblée cette ambiance très planante! J’ai rajouté des pads aériens, une rythmique faite de samples de breakbeat pour avoir un côté énergique puis on a enregistré la fameuse phrase qui revient à plusieurs reprises : « I’m lost at sea » . Il y a un côté minimaliste complètement voulu au niveau des voix pour laisser le morceau respirer et avoir vraiment cet effet onirique.  

Mydgar

“Vertigo”, titre éponyme de l’album est également une très grande réussite. Sa rythmique breaké et ses sons sombres et distordus lui confèrent un grain assez bluffant. La progression finale, épique à souhait, apporte une dimension époustouflante au morceau.

Vous pouvez retrouver “Vertigo” de Mydgar en streaming ou à l’achat sur ce lien.

Commenter